Tout savoir sur les usages des internautes !

Tout savoir sur les usages des internautes !

Je m’adresse particulièrement aux responsables de ces services web, marketers, métiers ou IT : êtes-vous là pour tous vos internautes ? Pourquoi doit-on mieux connaître les usages des internautes ?

La France est plus connectée que jamais (baromètre Google), les français ne sont plus seulement sur internet mais ils vivent sur internet, ils achètent sur internet, à peine sortis des fêtes de fin d’année que c’est déjà les soldes, 60% des achats proviennent de parcours sur internet. Ils jouent, se divertissent, travaillent sur internet, et cela de façon très différente en fonction des internautes et de leurs besoins.

C’est ce qu’on appelle les usages ; je me connecte depuis ma tablette dans mon canapé pour réserver mes prochaines vacances au ski ou bien je suis au bureau derrière cet énorme PC des années 2000 et j’essaie de récupérer une documentation technique stockée sur des serveurs en chine.

Répondez-vous bien aux attentes de vos internautes qui achètent localement ou bien depuis l’étranger ? Vos services sont-ils aussi performants lorsque vous avez 10 internautes ou bien 100000 connectés en même temps ? L’accès à vos services est-il aussi satisfaisant depuis un Smartphone que depuis un PC ? Peut-on accéder de façon satisfaisante depuis tous les navigateurs existants et toutes leurs versions (Chrome, Safari, Android, Firefox, IE, Opera, Amazon, SeaMonkey, BlackBerry webkit… ?

Pour aller à l’essentiel, l’expérience utilisateur doit être le principal indicateur et vecteur pour piloter efficacement et par la valeur l’évolution de vos services web.

Il en est de même lorsqu’on doit optimiser les performances web d’un service et par rebond le niveau de satisfaction : le vieux schéma empirique qui consiste à regarder les niveaux de performance aux niveaux des couches basses (infrastructure, application) et ensuite d’extrapoler quels sont ou seraient les impacts au niveau des internautes, relève trop souvent du marabout ! Cette méthode Bottom Up ne permet pas de valoriser et de prioriser les optimisations par la valeur « satisfaction », pourtant indispensable aujourd’hui pour couvrir un maximum de cas d’usage de nos internautes.

C’est la raison pour laquelle il est aujourd’hui bien plus pertinent de regarder le niveau réel de satisfaction des utilisateurs en fonction de tous les usages et ensuite de cibler grâce à toutes les informations de contexte les segments qui posent problèmes (serveurs, hébergeurs, application), méthode Top Down ! C’est ce que nous nous employons à proposer aux responsables de sites web chez Quadran, à travers notre solution de mesure de la satisfaction utilisateur appYuser.

 

J’en profite pour vous rappeler les quelques bonnes règles d’or des performances web pour cette nouvelle année qui démarre, à rajouter à votre longue liste de bonnes résolutions !

Keep in mind…

  1. On ne transmet que des données utiles (less is more! disait l’architecte Ludwig Mies van der Rohe comme précepte pour l’architecture minimaliste, ça marche aussi pour le design d’application web)
  2. On minimise le nombre d’objets dans les pages (80% du temps d’affichage d’une page est dû au téléchargement des images, feuilles de style, scripts, etc.. c’est autant d’allers-retours en moins vers vos serveurs)
  3. On vérifie systématiquement que les mécanismes de base sont bien activés (la compression, le cache des contenus et n’oublions pas le CDN* pour nos internautes étrangers)

*CDN (Content Delivery Network) on stocke les contenus non confidentiel sur des serveurs à proximité des internautes, pour leur éviter de venir les chercher sur les serveurs d’origine, souvent lointain.

 

Poster le commentaire